" Le but de l’Institut est d’enseigner des clés pour aider chacun a mobiliser ses ressources et à améliorer sa santé"
Menu :

Institut

l'enseignement
cadre d'exercice du praticien
test musculaire et observation
comment ça marche ?
En savoir plus


 

Nouveau: 

présentation du Dr TRELAT au congrès de REFORMED à ATHENES en juin 2011 :

  • Présentation du congrès, à télécharger 
  • Plaquette du congrès de REFORMED, à télécharger 

 

La Guérison, une affaire personnelle

Les limites d’un cadre médical dans le processus de guérison

Article de Bettina de Pauw, (extrait de l'article paru dans le numéro 68 du journal Réel, reproduit avec l'aimable autorisation des Éditions Réel. www.journalreel.info. tous droits réservés).

« Dans le service de soins palliatifs d’un grand hôpital, les médecins d’oncologie ou de pneumologie faisaient souvent appel à moi. Auparavant et très consciencieusement, ils me transmettaient le dossier de leur patient pont me ‘rnettre au courant ». Je dois dire qu’ils ne me mettaient pas au courant de tout.

Les termes médicaux et spécialisés des divers traitements m’étaient hermétiques et me donnaient le vertige, je cherchais en vain quelques informations sur le « propriétaire – locataire » de la maladie. J’ai fini par ne plus lire ces dossiers. Nous parlions un autre langage.

C’est oublier que la guérison est un processus global et toute l’intelligence du corps y participe.

Prenez l’exemple d’une petite coupure: l’organisme dans sa globalité connaît l’endroit précis de la blessure et y active ou transporte les éléments nécessaires à sa guérison. Certaines cellules seront créées par la moelle et ensuite dirigées dans le corps vers cet endroit coupé. Il y a une intelligence qui « coule » dans l’organisme et qui est interactive. La guérison opère par des mécanismes très complexes, très délicats et, pour une grande partie, inconnus.

C’est aussi une affaire personnelle. Une méthode efficace pour l’un est souvent inapplicable à quelqu’un autre.

Des études concernant les guérisons spontanées du cancer montrent que les personnes guéries suivaient les méthodes les plus diverses et souvent opposées. Cependant, toutes avalent en commun le lait de croire dans leurs moyens et ne pouvaient accepter les conseils des autres, qu’à condition d’avoir la possibilité de les refuser,

“Le processus de guérison est global individuel et complexe”

 

Laisser la guérison se faire :

Cette notion de maîtrise est nécessaire pour enclencher les processus de guérison.

Elle peut être associée à la notion de l’espoir en psychologie: la conviction que l’on peut trouver les moyens d’accomplir ses buts et de développer la motivation nécessaire à leur accomplissement

Cette notion explique également l’effet placebo, dont on sait qui conduit à une amélioration dans 10 à 40 % des cas, en dépit du fait que le traitement en lui-même, n’a aucun effet curatif il tient simplement à un changement d’attitude intérieure.

Le processus de guérison est global, individuel et complexe. Il se passe à l’intérieur de l’individu et ne peut finalement être déclenché que par le sujet lui- même. Toute aide devrait être mise au service du sujet, en créant des conditions qui lui permettent de remettre en mouvement ses forces auto-guérissantes.

Le paradigme de la médecine consiste d’abord à la découverte d’un diagnostic, puis à la recherche des causes et enfin à des traitements qui anticipent des résultats pour un ensemble de personnes.

La médecine ne s’occupe que d’une partie du corps et procède d’une façon logique, linéaire et déductive. Elle présente son intervention de guérison comme un traitement à action directe.

Au contraire, dans le champ de la guérison, il est clair que l’influence d’un traitement sur la maladie ne peut être qu’indirecte, et que son efficacité dépend de l’implication de l’individu.

Le paradigme du processus de la guérison demande de laisser se faire la guérison elle-même en permettant un travail intérieur d’ouverture et de personnalisation.

Tandis que contrôler, sélectionner, restreindre, diriger, c’est comme introduire un énorme bâton dans un rouage extrêmement délicat et complexe, c’est détruire toute l’intelligence de l’organisme et même sa pensée.

 

Le malade devient satellite :

Le psychisme est relié au processus de guérison. Les études psychosomatiques précisait bien le lien qui relie le corps et l’esprit Dans la pré-maladie, elles parlent d’un état psychosomatique bien défini, caractérisé par un appauvrissement mental, émotionnel et perceptuel II peut être causé par des carences primitives ou des facteurs traumatiques qui ont empêché le développement d’un espace intérieur Cet état peut être aussi lié à des habitudes de vie routinière, sans projet sans créativité Métro-boulot-dodo. L’espace intérieur rétrécit, il y a un manque de désirs, d’émotions de fantaisies et de créativité.

Dans cette situation, lorsqu’ arrive un événement extérieur provoquant, c’est trop. Le malaise devient très vite mal-être car il n’y a plus rie possibilité d’intégration. Tout devient un facteur de ‘submersion’. Le facteur déterminant qui fait passer du malaise au mal-être est l’impasse.

Le déséquilibre devient alors désorganisation par l’impossibilité de trouver des solutions. La personne est prise dans un piège. Et l’organisme ne fait pas de différence entre un piège observable et un piège subjectif. Désarroi, désespoir, désespérance... c’est une sorte de mort

Tout est suspendu, le corps paralyse, l’esprit se vide, les affects s’affaissent. Le problème n’est pas seulement cet autre fonctionnement appelé, mais l’incapacité à exister dans ce nouveau fonctionnement

Il se produit un changement majeur: le sujet qui était au centre se retrouve en périphérie par rapport à un évènement qui le dépasse. Il devient satellite d’autre chose et son existence apparaît secondaire.

Celui qui se trouve dans le rôle de victime subit les événements sans se sentir capable de les diriger. Il se vit impuissant et inférieur, il nie ses vrais besoins et ses vraies émotions, il évite chaque responsabilité, et attend un sauveur qui prendra ses besoins en charge ou un persécuteur qu’il pourra blâmer, voir dessin…

 

 

Stimuler ses capacités auto-guérissantes

Le travail de la guérison consiste à faire émerger un sujet, à créer un espace entre lui et les différents objets de sa conscience. Il vise à sortir la personne de l’impasse, à lui permettre de retrouver une identité et d’agrandir l’espace de son « je », afin qu’elle puisse réenclencher l’intelligence de son être entier.

Il s’agit de permettre des processus intérieurs où des événements puissent circuler, de redonner une place à l’imaginaire, de relier ce qui était coupé et de favoriser des interactions… » 

Voir l'article complet     

Rappel : cet article ne peut pas être reproduit sans l'aimable autorisation des Éditions Réel. www.journalreel.info. (tous droits réservés).